Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Energie , aérothermie , géothermie

Pompe à chaleur, une bonne idée ?

La pompe à chaleur constitue l'une des solutions les plus efficaces, les plus économiques et les plus écologiques pour son chauffage domestique.

La source de prélèvement peut être soit le sol (on parle alors de pompe à chaleur géothermique), soit une nappe d'eau (pour une pompe à chaleur dite sur eau de nappe) ou tout simplement l'air environnant (pompe à chaleur aérothermique).

Quel type de pompe à chaleur pour quel usage !

 

Il existe donc plusieurs types de pompes à chaleur et il convient de bien connaître chacune de leurs caractéristiques avant de choisir la sienne.

Les pompes aérothermiques sont celles à l'efficacité la plus faible, l'air ayant la plus faible inertie. Elles peuvent donc nécessiter l'installation d'un chauffage d'appoint si vous vivez dans une région au climat rude.

Alors qu'une pompe à chaleur en géothermie captera la chaleur soit sur l'étendue de votre terrain, soit dans sa profondeur. Si votre terrain est trop petit (moins de 200 m2) ou est trop accidenté/caillouteux, l'étendue de capteurs horizontaux ne sera logiquement pas possible. Il convient donc dans ce cas d'opter pour une pompe à chaleur dite à capteurs enterrés verticaux.

 

Pour une pompe à chaleur sur eau de nappe, il faut qu'il existe un gisement sur votre terrain.

Enfin, quelle que soit votre pompe à chaleur, des démarches administratives sont nécessaires avant le commencement des travaux.

Comme n'importe quels autres travaux, il est préférable de penser l'installation d'une pompe à chaleur au moment de la construction du logement. Bien qu'il soit possible d'installer une pompe à chaleur sur un logement existant. Mais il faut savoir que par exemple que la pose d'un plancher chauffant en rénovation implique des travaux d'installation relativement lourds (dépose du revêtement, dallage, etc...).

 

En fonction de ces critères dépendra la facture totale de vos travaux (matériel et pose comprise). Mais d'une manière générale, il faut compter jusqu'à 11 000 euros pour une pompe à chaleur aérothermique. Pour les pompes géothermiques, il faudra ajouter à cela le forage pour l'implantation des capteurs, soit environ 3000€ pour une pompe à capteurs horizontaux, et 4000€ pour des capteurs verticaux. Comme précisé au début, les coûts de fonctionnement sont relativement faibles comparés à d'autres moyens de chauffage, ils varient entre 3 et 7 € le m2 par an.

 

Bien sûr l'installation d'une pompe à chaleur se doit d'être associée à une isolation performante. Sans quoi une pompe à chaleur plus puissante vous sera nécessaire pour un confort optimal, et donc des coûts supplémentaires.

 

Performances des PAC

Depuis Janvier 2013 les fabricants de climatiseurs et de pompe à chaleur doivent indiqués le coefficient de performance saisonniers de leurs appareils (pour les équipements, dont la puissance est inférieure à 12 kW) sur les étiquettes énergétiques.

Pour commencer, petit rappel
Le décret de l'Union Européenne désigne deux coefficients le SEER et le SCOP.

  • SCOP : Désigne le rendement saisonnier en mode chauffage.
  • SEER : Désigne le rendement saisonnier en mode refroidissement.

Les coefficients de performance COP et EER sont calculés selon un seul point de mesure , limitant de fait la fiabilité de cette mesure . Alors que le SCOP et SEER (S pour saisonnier) ,sont calculés à partir de 5 points de mesure de température répartie dans l'année (5 points distincts en mode chauffage et en mode refroidissement) et selon 3 zones climatiques.

Quelques précisions concernant  le GWP, le SEER et le SCOP

GWP =Potentiel de réchauffement global, indice qui indique l'action d'un composé chimique sur l'effet de serre.

  •  Si le GWP du fluide frigorigène est supérieur à 150 pour une puissance nominale de l'appareil inférieure à 6 kW :SEER = 4,6 et SCOP = 3,80
  • Si le GWP du fluide frigorigène est supérieur à 150 pour une puissance nominale de l'appareil  de l'appareil supérieur à 6 kW :SEER = 4,14 et SCOP = 3,42 
  • Si le GWP du fluide frigorigène est inférieur à 150 pour une puissance nominale de l'appareil comprise entre 6 et12 kW : SEER = 4,30 et SCOP = 3,80 
  • Si le GWP du fluide frigorigène est supérieur à 150 pour une puissance nominale de l'appareil comprise entre 6 et12 kW : SEER = 3,87 et SCOP = 3,42 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article